17.10.61_tableau1

Partagez cet article sur les réseaus sociaux

Le Département acquiert une œuvre en mémoire du 17 octobre 1961 et demande une journée de commémoration nationale

Publié le vendredi 16 octobre 2020

A l’occasion de la commémoration du 17 octobre 1961, le Département de la Seine-Saint-Denis a fait l’acquisition d’une œuvre artistique racontant les événements ayant causé la mort de dizaines de personnes manifestant pacifiquement pour la décolonisation de l’Algérie.

17.10.61

Il s’agit de la fresque réalisée par les sœurs Chevalme, produite à partir d’archives photographiques et filmographiques. Cette fresque évoque la manifestation mais aussi les scènes de rafles par la police. On aperçoit aussi les corps, jetés à la Seine, des manifestant.e.s assassiné.e.s sur ordre du préfet de police Maurice Papon. Cette œuvre, qui donne à voir les événements du 17 octobre, sera un support culturel et pédagogique utile pour les collégien.ne.s et lycéen.ne.s de notre Département.

Profondément marqué par la Guerre d’Algérie et par ces événements qui ont à jamais meurtri son territoire, le Département de la Seine-Saint-Denis prend toute sa part à cet indispensable devoir de mémoire. Il est le premier à avoir engagé un cycle de commémorations durables du 17 octobre 1961, avec l’inauguration dès 2018 d’une fresque le long du Canal Saint-Denis représentant.e notamment la jeune militante assassinée Fatima Beddar.

Avec l’acquisition de cette nouvelle œuvre, le Département poursuit sur sa lancée. Mais l’État doit également prendre sa part. Il le ferait en instaurant une journée nationale en commémoration de la guerre d’Algérie et des crimes de la décolonisation, afin de reconnaître et d’assumer – enfin – cette sombre page de notre histoire française.

Il s’agit d’une nécessité et d’un devoir. Nous n’avons d’autre choix que de reconnaître ces événements qui, bien que dramatiques, sont eux aussi constitutifs de notre mémoire collective.

17.10.61_tableau1
17.10.61_tableau2

17.10.61_tableau3