deconfinementparc

Partagez cet article sur les réseaus sociaux

Réouverture des parcs départementaux

Publié le mercredi 3 juin 2020

Après une première expérimentation réussie au parc Georges Valbon à La Courneuve, c’est l’ensemble de nos huit parcs départementaux qui sont désormais accessibles depuis le 30 mai dernier, en conformité avec les décisions du gouvernement sur le déconfinement : le parc du Sausset (Aulnay-sous-Bois/Villepinte), le parc de L’Île-Saint-Denis, le parc de la Poudrerie (Sevran), le parc Jean Moulin-Les Guilands (Montreuil), le parc de la Haute-Île (Neuilly-sur-Marne), le parc de la Bergère (Bobigny) et le parc de la Fosse-Maussoin (Clichy-sous-Bois).

Parce que les logements avec terrasse et jardin y sont rares et les conditions de logement souvent plus difficiles qu’ailleurs, je sais que la fermeture de ces 850 hectares d’espaces verts pendant plus de deux mois a été particulièrement douloureuse en Seine-Saint-Denis.

C’est pour cette raison que j’ai milité, et obtenu, auprès du gouvernement la réouverture du parc Georges Valbon dès le 14 mai dernier. Sur la durée du week-end, ce sont près de 20 000 personnes qui ont bénéficié de cet espace pour se ressourcer seul.e ou en famille, ou tout simplement souffler, prouvant, s’il en était encore besoin, l’utilité et la popularité de ces espaces verts.

Le virus continue bien sûr à circuler en Ile-de-France, ce qui nous conduit à rendre inaccessibles certains équipements du parc pour la sécurité de toutes et tous. Ainsi, les sanitaires, fontaines et aires de jeux, le stade de foot du Parc Jean Moulin-Les Guilands, les espaces de fitness et les espaces de barbecue sont interdit.e.s jusqu’à nouvel ordre, et le port du masque est par ailleurs recommandé.

Alors que nous nous réapproprions collectivement nos parcs départementaux après une période de confinement difficile, j’y vois aussi l’occasion de souligner que ces îlots de fraîcheur ne sont pas un luxe soumis aux aléas de la vie urbaine, mais au contraire une nécessité pour rendre nos villes respirables et durables.

La biodiversité présente dans nos parcs départementaux est aussi un élément essentiel de notre attractivité que le label Natura 2000 vient couronner. C’est un atout exceptionnel pour notre territoire et pour le cadre de vie des Séquano-Dionysiennes et Séquano-Dionysiens qu’il convient de reconnaître à sa juste valeur.

C’était tout l’objet du plan « A vos parcs » voté en 2016, qui a mobilisé 54 millions d’euros pour ouvrir et étendre nos parcs sur la ville et en faire des espaces moteurs de la transition écologique en Seine-Saint-Denis.

Ce sera également l’objectif d’un nouveau Plan dit « Canopée » que je proposerai au vote de l’assemblée départementale dans quelques jours et qui permettra de végétaliser encore la Seine-Saint-Denis au bénéfice de ses habitant.e.s.

Soyez assuré.e.s de mon engagement résolu, ainsi que celui de l’ensemble de la majorité départementale, en faveur du développement des parcs départementaux en particulier et des espaces verts en général qui constituent, eux aussi, un des éléments de l’identité de la Seine-Saint-Denis.