Logement 2

Partagez cet article sur les réseaus sociaux

79ème Congrès des HLM : il faut défendre et réinventer notre modèle. La bataille pour le logement social n’est pas terminée

Publié le lundi 8 octobre 2018

Alors que s’ouvre le 79ème Congrès des HLM à Marseille, c’est un même sentiment de gravité et d’urgence qui est partagé par toutes les actrices et tous les acteurs du logement social.

De gravité d’abord, face aux mesures prises par le gouvernement. L’asphyxie programmée des organismes HLM se poursuit pour la deuxième année consécutive : après 800 millions d’euros en 2018, ce sont 873 millions d’euros qui pourraient être prélevés en 2019. L’« en même temps » macroniste ne tient plus. On ne peut pas souhaiter un nouvel ELAN en faveur de la construction, et de l’autre côté couper les jambes aux organismes HLM.

D’urgence ensuite, car en Seine-Saint-Denis comme partout ailleurs dans le pays, on ne peut plus attendre. Cette politique de rabotage généralisé a déjà des effets dramatiques. Pour un organisme comme Seine-Saint-Denis Habitat, premier bailleur social du Département avec près de 32 000 logements, la perte sera en 2018 de près de 12 millions d’euros soit la quasi-totalité de ses capacités d’investissement. Pour sauver le Nouveau Programme National de Rénovation Urbaine en Seine-Saint-Denis, l’office départemental va initier des partenariats innovants et bénéficiera du soutien renouvelé du Conseil départemental. Il n’en reste pas moins que la construction de logements sociaux en France va subir un coup de frein brutal.

La loi ELAN du gouvernement, censée faire « évoluer le logement, l’aménagement et le numérique », relève de la même logique : sous couvert de « choc d’offre », elle prépare une financiarisation à bas bruit du secteur HLM alors même que notre patrimoine commun, ce bien de la nation qu’est le logement social, a été construit patiemment et collectivement depuis plus de cent ans. Le travail d’amendements mené par les différentes familles du mouvement HLM a tenté d’en limiter les excès sans toutefois parvenir pleinement à en changer la logique mercantile.

Sur ce sujet, comme sur tant d’autres, le gouvernement n’est pas à la hauteur des enjeux. L’austérité tient lieu de boussole politique, pour celles et ceux qui considèrent que le logement est un coût pour le budget de l’État. Nous pensons à l’inverse que le logement social est un investissement qui contribue à la croissance économique nationale, à la cohésion républicaine, à l’innovation sociale, technique, et architecturale.

Ce dont nous avons besoin en matière de logement, c’est de :

–          Soutenir la construction de logements notamment sociaux

–          Faciliter l’accès au foncier

–          Encadrer fortement les loyers du privé pour lutter contre la spéculation immobilière

–          Lutter contre les copropriétés dégradés et l’habitat insalubre

–          Soutenir fortement l’hébergement d’urgence

–          Aider à la transition écologique dans le secteur du bâtiment

La bataille pour le logement social n’est pas terminée !