Faure

Partagez cet article sur les réseaus sociaux

Avenir de la gauche : l’élection d’Olivier Faure est une première étape

Publié le vendredi 16 mars 2018

Consultés pour choisir le texte d’orientation pour le Parti Socialiste, les militants se sont fortement mobilisés hier soir en faveur du texte porté par Olivier Faure, candidat auquel j’avais apporté mon soutien. L’issue du vote a été particulièrement claire en Seine-Saint-Denis, où la motion d’Olivier Faure a recueilli 70 % des voix. Il s’agit d’une bonne nouvelle, car le nouveau Premier secrétaire dispose ainsi de la légitimité et de la force nécessaires pour reconstruire notre parti.

Face à la politique de droite menée par le gouvernement à la demande du président de la République Emmanuel Macron, ou à la radicalité simplificatrice d’un Jean-Luc Mélenchon qui ferme la porte à tout rassemblement à gauche, les socialistes doivent retrouver le chemin d’une gauche qui s’assume et qui fait de l’égalité son premier combat. Il est de notre responsabilité de nous rassembler et de travailler à une nouvelle et indispensable union de la gauche.

Je n’ai peut-être pas, en la matière, une position partagée par l’ensemble des responsables de notre parti, mais il suffit d’ouvrir les yeux dans les collectivités que nous dirigeons. C’est bien souvent grâce au rassemblement des socialistes, des communistes, des écologistes et des radicaux de gauche, que nous avons pu remporter les élections et mener des politiques efficaces en faveur du plus grand nombre.

Il y a urgence à retisser des liens avec l’ensemble de la gauche pour remettre le Parti Socialiste au cœur de la gauche, mais il y a également urgence à nous remettre au travail. Il faut en finir avec les discours qui ne parlent à personne d’autre qu’à ceux qui disposent des codes pour les comprendre.

Nous devons reprendre à bras le corps la question sociale, qu’on donne l’impression d’avoir trop longtemps laissée de côté au Parti Socialiste. Assumer une ligne claire avec les vraies valeurs du socialisme, cela passe par exemple par des réponses efficaces à la pauvreté, qui prend les traits de ces travailleurs ou de ces retraités qui ne peuvent plus se payer de vacances, aller au cinéma avec leurs enfants, ou se soigner correctement.

Notre « renaissance » aura lieu si nous avons un projet à la hauteur face à des questions à la fois philosophiques et révélatrices de notre vision de la société, à commencer par l’accueil des réfugiés. Nous devrons également lutter, de manière concrète et efficace, contre les discriminations qui gangrènent notre pays, et qui font que des jeunes, en premier lieu sur nos territoires populaires, ne se reconnaissent pas au sein d’une République vis-à-vis de laquelle ils se marginalisent, avec des comportements pouvant parfois mener au pire.

Olivier Faure pourra compter sur moi pour porter la voix des habitants des quartiers populaires, où je suis né et dont je suis fier d’être le représentant, à la Courneuve et comme à la tête du Département de la Seine-Saint-Denis. Tout reste à construire, mais nous avons désormais les cartes en main pour ce faire.