Viol

Partagez cet article sur les réseaus sociaux

Contre les violences faites aux femmes, la Seine-Saint-Denis s’engage

Publié le mercredi 22 novembre 2017

Demain, le 23 novembre, dans le cadre de la Journée du 25 novembre, journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, l’Observatoire des violences envers les femmes de Seine-Saint-Denis organisera comme chaque année une journée dédiée à cette question, en présence de personnalités connues et reconnues. Cet évènement à destination des professionnel.le.s, sera également ouvert à toutes celles et tous ceux qui souhaitent s’engager sur cette question.

Depuis plusieurs semaines maintenant, des femmes partout dans le monde mettent des mots sur leurs histoires de harcèlement, d’agressions sexuelles et de viol. Des histoires malheureusement du quotidien de nos sociétés. Les prises de parole individuelles ou collectives permettent de se rendre compte de l’ampleur du phénomène, de mettre en lumière des situations inacceptables et de libérer la parole parfois enfouie très profondément.

Je crois que ce déferlement de témoignages nous oblige à agir, pour plus d’égalité et de respect. C’est une question de société somme toute sommaire. Si nous voulons une société du progrès, une société bienveillante et respectueuse, nous ne pouvons accepter que perdurent pareille domination et de telles violences morales ou physiques.

Je plaide pour que la question des violences faites aux femmes et plus largement que l’égalité femmes-hommes soit une « grande cause nationale » comme l’ont réclamé plusieurs grandes personnalités récemment. Le président de la République s’y est engagé, mais quels sont les moyens dédiés et les priorités politiques engagées ?

Cette question de société ne se résoudra pas uniquement par des campagnes de communication, mais par des changements radicaux : enseignement de l’égalité filles-garçons dès le plus jeune âge, visibilité des femmes dans notre histoire commune, égalité salariale etc. Les parlementaires et le gouvernement ont la possibilité de changer la loi pour protéger les femmes et pour faire évoluer nos esprits, nos pratiques, nos habitudes. C’est un enjeu majeur de transformation sociale qui contribue à l’émancipation de tous.

Je suis fier d’être le président d’une collectivité qui ne s’est jamais voilée la face et a assumé ses responsabilités, quand tant d’autres continuent de croire qu’il ne s’agit pas d’un phénomène qui transcende toute la société. Oui, tous les milieux sociaux sont concernés, oui, tous les territoires partout dans notre pays aussi.

Ici en Seine-Saint-Denis, nous avons fait le choix il y a 15 ans maintenant de créer un Observatoire des violences envers les femmes, pour observer les phénomènes de violence et mieux les appréhender, mais également pour agir en lien avec tous les partenaires concernés : services de police, de justice, services sociaux, de santé, associations militantes etc. Ce travail mène ses fruits puisque les dispositifs expérimentés en Seine-Saint-Denis sont devenus des références nationalement sous le précédent quinquennat, comme le téléphone Grave Danger, qui permet de protéger les femmes victimes de violence.

Il y a cependant énormément à faire pour protéger les femmes victimes de violence et leurs enfants. C’est pourquoi en Seine-Saint-Denis, nous allons plus loin en expérimentant avec les services de Justice et de police et les associations partenaires plusieurs dispositifs : l’ordonnance de protection et la mesure d’accompagnement protégé des enfants. Le travail que nous menons avec les associations est indispensable sur la prévention des violences et le travail auprès des femmes en danger. Ce partenariat avec les associations est au cœur de notre action et je leur réitère tout mon soutien et ma reconnaissance pour le travail engagé ensemble.

Promouvoir l’égalité, lutter contre le sexisme, nous portons cette exigence également dans nos crèches, nos PMI, nos centres de planification, dans nos collèges, dans notre politique sportive, dans notre politique d’insertion dans l’emploi. Ces dispositifs contribuent à déconstruire les barrières et les stéréotypes qui enferment les femmes et les hommes dans des rôles déterminés.

Cette ambition, nous la portons également au sein de notre collectivité. A l’image de notre société, le Département ne fait malheureusement pas exception et certaines disparités persistent. C’est en ce sens, que nous avons entrepris de travailler au sein de notre administration pour réduire les inégalités professionnelles : promotion interne, accès à la formation, mixité des métiers etc. J’ai également souhaité que les femmes agentes du service public au sein de Département ait accès à un lieu de parole et de prise en charge, c’est pourquoi dans les prochains jours, en partenariat avec une association du territoire, nous ouvrirons une permanence anonyme et gratuite.