ecolo

Partagez cet article sur les réseaus sociaux

La transition écologique est le projet de société que nous proposons

Publié le lundi 13 mars 2017

Le progrès social et écologique sont au cœur du projet de Benoit Hamon et de sa proposition faite aux Français de construire un avenir désirable.

C’est l’engagement fort de placer notre environnement, notre santé, notre bien-être, avant les intérêts du libéralisme économique. Il structure les propositions de Benoît Hamon et dessine un projet de société qui place l’intérêt général au cœur de notre action.

Le changement écologique avant l’agenda libéral

Cela demande d’aller à l’encontre des vieilles solutions. C’est ce départir de l’agenda libéral qui place la croissance et la compétitivité des entreprises comme seul horizon, la nature comme un stock illimité, et le marché comme capable de produire tout seul les incitations et les investissements qui permettront d’engager le changement écologique de nos modes de production et de consommation. On ne l’a que trop vu, le laisser-faire n’est pas le cadre opérant d’une transformation de notre économie carbonée, de la protection de la biodiversité, ou de la construction d’un modèle qui place le bien commun, notre capital naturel, avant l’accumulation du capital financier. 

L’écologie, un projet global et cohérent

A la libération de la croissance à tout prix, aux fausses promesses de l’économie libérée il faut préférer le développement durable. C’est-à-dire poser le cadre qui permet de ne pas sacrifier à l’accumulation sans limite l’écologie et le social. Pour se faire nous devons produire au sein d’un corps politique et social des régulations des activités qui détruisent notre environnement, tout en accompagnant les acteurs, publics, privés, citoyens, qui investissent par leurs projets dans l’avenir, et donc dans la transition écologique. Ce n’est pas, comme Emmanuel Macron, quand on est Ministre libéraliser le transport par cars, simplifier le droit de l’environnement ou encore défendre le diesel, et une fois candidat dire vouloir réduire massivement la pollution liée aux particules fines. Ce n’est pas non plus être favorable au CETA, TAFTA, TISA, tous autant incompatibles avec l’Accord de Paris sur le climat de la COP 21. 

Benoît Hamon est prêt à accélérer la transition écologique

Nous devons apporter les solutions et les leviers d’un véritable changement de cap dans tous les domaines : promouvoir les circuits courts, repenser nos mobilités, notre habitat, notre aménagement etc. C’est-à-dire changer le curseur du progrès que nous connaissons et qui risque de nous mener au désastre si ne nous faisons rien. Face à ces défis ce n’est pas un hasard si Benoît Hamon a réussi le rassemblement de l’écologie politique en portant des propositions fortes en la matière : arriver en 2050 à 100% d’énergies renouvelables, interdire les perturbateurs endocriniens et les pesticides dangereux, produire un investissement vert pour encourager la transition écologique dans tous les domaines  et notamment en lançant un plan massif pour la rénovation énergétique afin de lutter contre la précarité énergétique, mais également pour stimuler le réseau des artisans et des PME labellisées.

Construire un avenir désirable à travers la transition écologique, c’est le projet de société porté par Benoît Hamon. C’est exigeant, c’est porter des mutations importantes dans tous les domaines en rejetant les vielles solutions. C’est notamment infléchir le cap de la mondialisation libérale qui, par la compétition sans limite qu’elle instaure depuis 40 ans, ravage la nature et grève notre capacité à construire le futur, mais c’est aussi ouvrir à nouveau le champ des possibles, et du progrès.