taxe-habitation

Partagez cet article sur les réseaus sociaux

Collectivités: quand Emmanuel Macron rase gratis avec l’argent des autres !

Publié le samedi 25 février 2017

Après avoir annoncé 120 000 suppressions de postes dont 60 000 dans les territoires, alors que les services publics locaux sont aujourd’hui en première ligne pour assurer les services aux habitants et la solidarité, E. Macron annonce maintenant la fin de la taxe d’habitation avec une promesse de compensation par l’Etat pour les collectivités.

En gros, il promet avec l’argent des collectivités et l’expérience montre que chaque fois qu’une « compensation » a été prévue, cela s’est traduit par une érosion des capacités d’investissement et d’action des collectivités, l’Etat étant prompt à revenir sur des promesses qui n’engagent que ceux qui les croient. Quel recul pour le chantre de la démocratie renouvelée !

Pour retrouver ce qui a fait la force de la décentralisation, ce n’est pas d’une énième et bien vague compensation dont les Territoires ont besoin, mais au contraire d’autonomie et de stabilité alors que les collectivités assurent 75% de l’investissement public et l’essentiel des services publics aux habitants.

Des efforts considérables de réduction des dépenses ont été accomplis par les collectivités locales ces dernières années. Pour préserver leurs capacités d’investissements, Benoit Hamon a annoncé la fin de la réduction des concours financiers de l’Etat aux collectivités au cours de la prochaine législature et la stabilité règlementaire et territoriale pour permettre aux élus de se concentrer sur l’action publique dans un pacte de confiance renouvelé entre l’Etat et les collectivités locales. Les Territoires, avec leurs élus, les citoyens, les acteurs publics et privés, innovent. Le rôle de l’Etat est d’accompagner ce pays réel qui avance, de libérer les énergies. C’est la volonté de Benoit Hamon.