lc02

Partagez cet article sur les réseaus sociaux

Bus incendié à La Courneuve : les habitants de Seine-Saint-Denis ont le droit à la sécurité

Publié le mardi 25 octobre 2016

Depuis deux jours, les lignes de bus 302, 143, 150, 250 et 253 ne desservent plus certains quartiers de La Courneuve. L’incendie volontaire d’un bus de la ligne 302 dans la nuit de samedi à dimanche a eu pour conséquence l’évitement provisoire de ce secteur par la RATP.

La machiniste dont le professionnalisme et le sang froid ont été exemplaires, a été particulièrement choquée. Je me suis rendu hier au centre-bus d’Aubervilliers pour échanger avec ses collègues qui desservent le secteur. Tous m’ont fait part de leurs inquiétudes face à ces actes inacceptables, mais j’ai également pu constater leur attachement à leur mission de service public.

Les responsables de cet acte criminel font triplement honte à la Seine-Saint-Denis.

Les agents de la RATP qui travaillent sur nos lignes sont souvent aussi des habitants de nos villes. Plus qu’ailleurs peut-être, leur présence est vitale pour les usagers en l’absence d’autre moyen de se déplacer. S’attaquer à eux, comme s’attaquer aux policiers, enseignants, pompiers, qui sont dévoués à notre territoire est particulièrement ignoble et lâche.

Les autres victimes de ces actes sont les habitants de nos quartiers, qui veulent simplement y vivre tranquillement. Les mères de familles qui attendent les bras chargés un bus qui ne viendra pas. Les personnes âgées qui sont assignés à résidence en l’absence de moyens de déplacement. Les jeunes qui ne peuvent se rendre à leur travail où à leur stage d’apprentissage. Voilà de quoi sont aussi responsables les auteurs de ces faits criminels, qui veulent confisquer par la peur des quartiers entiers en faisant prospérer leurs buisness souterrains et destructeurs.

Cet acte, comme tous ceux qui font figurer notre département à la rubrique des faits divers, sont une trahison pour ceux qui se battent au quotidien pour les séquano-dyonisiens. Les acteurs associatifs, les travailleurs sociaux, les élus, les acteurs engagés du monde de la culture ou de l’économie, ceux qui plaident ici et ailleurs pour que la Seine-Saint-Denis puisse avoir des moyens et de l’attention à la hauteur de ses besoins et de ses talents ne peuvent s’empêcher de ressentir encore une fois de l’amertume.

Parce que la sécurité est un besoin essentiel pour nos habitants, ce sujet ne peut être l’otage de postures trop connues : du coup de menton bravache à la naïveté angélique.

A l’échelle du département, j’ai plaidé aux côtés des maires et obtenu du Ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve que des effectifs de police nouveaux soient déployés. Ce sont 300 policiers supplémentaires qui arriveront d’ici à la fin de l’année, par ailleurs, 2 forces mobiles seront fidélisées sur le territoire pour intervenir plus rapidement et plus efficacement.

A l’échelle de La Courneuve, je soutiens le projet de renforcement de la vidéo-surveillance, si aucune caméra ne remplacera une présence humaine, elles permettent d’aider les enquêtes et de surveiller des points sensibles connus de jour comme de nuit.

Enfin, nous ne pourrons nous passer d’une réflexion sur la manière d’éradiquer les trafics.