arton

Partagez cet article sur les réseaus sociaux

En Seine-Saint-Denis, l’égalité en action

Publié le lundi 7 mars 2016

Si le 8 mars représente une Journée particulière pour les droits des femmes, l’action de la Seine-Saint-Denis en matière de lutte pour l’égalité des droits ne saurait se résumer à célébrer ce jour ô combien symbolique. Le Département agit depuis de nombreuses années pour faire progresser les droits des femmes et pour faire reculer les inégalités. Des mesures concrètes et transversales ont été mises en œuvre et, preuve de leur efficacité, ont inspiré d’autres collectivités voire, ont été déclinées à l’ensemble de la France. La question de l’égalité Femme-Homme est désormais abordée au sein même de la collectivité : les pratiques internes font l’objet d’une réforme en profondeur, où les agents publics se présentent comme des acteurs à part entière du dispositif.

Un temps d’avance en Seine-Saint-Denis

La création dès 2002 d’un Observatoire des violences faites aux femmes ainsi que l’élaboration d’une politique de protection en direction des femmes victimes de violences témoignent d’une volonté forte et précoce d’agir en matière d’égalité Femmes-Hommes. Première structure du genre au niveau local, l’Observatoire a inspiré au Conseil régional d’Ile-de-France la conception d’un organisme similaire, et au niveau national la Mission Interministérielle pour la Protection des Femmes victimes de violences et la lutte contre la traite des être humains (MIPROF).

Grâce aux nombreux dispositifs expérimentés depuis 14 ans par l’Observatoire, la Seine-Saint-Denis a pu constituer un véritable arsenal protecteur pour les femmes victimes de violences, ainsi que pour leurs enfants. D’ailleurs, les autres collectivités territoriales s’inspirent des mesures innovantes misent en œuvre par le Département : ordonnance de protection, accompagnement protégé pour les enfants, mise à disposition de logements pour les femmes victimes de violences, téléphone portable d’alerte, prise en charge du trajet des femmes entre leur domicile et le commissariat, consultations psycho-traumatologiques, protocole de lutte contre les mariages forcés, enquête sur les comportements sexistes et violents envers les jeunes filles en Seine-Saint-Denis.

Pour l’égalité Femmes-Hommes : une politique transversale

Le Département s’emploie à décliner sa réflexion autour de l’égalité Femmes-Hommes de façon transversale, à travers sa politique de la petite enfance par exemple (au sein des crèches, PMI, des centres de planification), de sa politique éducative (dans les collèges par l’intermédiaire d’un kit pédagogique) ou encore via sa politique sportive et sa politique d’insertion dans l’emploi.

Ainsi, un diplôme universitaire lancé un partenariat avec l’Université de Paris 8, enrichira, grâce à la formation de professionnel-le-s ressources sur le Département, la politique de prévention et de lutte contre les violences faites aux femmes. Cette démarche répond aux attentes et aux besoins des acteurs du champ médical, social, de l’éducation nationale et de la Justice, mais aussi des agents des collectivités et de l’Etat.

L’efficacité de ces dispositifs repose sur les synergies que l’Observatoire a initiées avec l’ensemble des professionnel-le-s qui interviennent auprès des femmes victimes de violences et de leurs enfants : personnels des services départementaux, fonctionnaires de police, magistrat-e-s, avocat-e-s, soignante-s, professionnel-le-s socio-sanitaires…

Elle s’appuie également sur les partenariats conclus avec le ministère de la Justice (Tribunal de Grande Instance de Bobigny), le ministère de l’Education nationale (Inspection académique), la Préfecture, la Caisse d’Allocations Familiales, le Conseil régional d’Ile-de-France, les municipalités de la Seine-Saint-Denis, des associations, des ONG, des partenaires privés.

L’exemplarité au sein même de la collectivité

Loin d’être en retrait de ces initiatives, la collectivité elle-même s’est engagée dans une démarche visant à tendre vers l’exemplarité en interne. Les problématiques liées au sexisme et à la lutte contre les discriminations en général sont prises en compte dans la gestion des ressources humaines. Tant des les pratiques internes que dans le recrutement, il s’agit là d’une réforme en profondeur de la manière d’appréhender l’égalité dans notre collectivité. Pour se faire, un travail de sensibilisation contre les préjugés, discriminations et stéréotypes a été engagé, tandis qu’une « cellule égalité » est désormais accessible à tous les agents du Département, qui se considèrent victimes de discrimination.

En tant qu’employeur et pourvoyeur de service public sur son territoire, la collectivité s’est engagée en signant la Charte Européenne pour l’égalité des femmes et des hommes dans la vie locale.

La Seine-Saint-Denis s’est récemment vu décerner une récompense pour son action en matière d’égalité par l’obtention du Label Diversité. Décerné par l’AFNOR, ce label constitue un outil, un levier destiné à encourager la progression des pratiques de lutte contre les discriminations au sein de la collectivité.
Des disparités persistent certes, mais nos politiques publiques et nos politiques internes attestent d’une avancée spectaculaire réalisée par le Département en faveur de l’égalité.