noun_184181_cc

Partagez cet article sur les réseaus sociaux

Le Pen ou quand les masques du FN tombent

Publié le jeudi 3 décembre 2015

Plus les jours passent, et plus le Front national trahit ses véritables intentions, démontrant ainsi que la dédiabolisation du parti n’est qu’un écran de fumée. Les frontistes nous ont d’ores et déjà démontré que, dès lors qu’ils accèdent au pouvoir localement, ils en profitent pour diminuer voire pour couper purement et simplement les subventions à certaines associations sportives, culturelles ou sociales, ainsi qu’à tous les médias qui n’encenseraient pas le parti (comme La Voix du Nord). Candidats aux régionales, Marion Maréchal-Le Pen et Louis Aliot, respectivement têtes de liste du Front national en Provence-Alpes-Côte d’Azur et en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, ont promis qu’ils s’attaqueraient, s’il étaient élus, aux aides financières versées au Planning familial. Non content de hiérarchiser les individus en fonction de la couleur de leur peau ou de leur religion, le Front national ambitionne d’assujettir littéralement les français-es dans leur choix de vie. Ces mesures de censure, ces intimidations et ces promesses d’une régression, laissent augurer des conséquences dramatiques qu’entraînerait la prise de pouvoir de ce parti d’extrême-droite, tant au niveau local que national.

Le Planning familial, une association légitime

Structure ancrée depuis plus de 50 ans dans notre pays, le Planning familial a fait la preuve de son efficacité et de son utilité. Il délivre aujourd’hui des informations cruciales aux individus dans le besoin, les accueille et les accompagne dans leur vie sexuelle et affective. L’association réaffirme, par ses actions, le droit aux femmes à s’autonomiser et à disposer de leur corps comme elles l’entendent. Elle défend ainsi le droit à la contraception et à l’avortement.

Le droit à la contraception fait partie des acquis sociaux les plus importants du XXème siècle. S’il apparaît inconcevable de revenir sur ces avancées obtenues non sans difficultés, cette menace plane pourtant, avec le risque de l’arrivée aux responsabilités du Front national dans plusieurs régions. Cette année 2015 marque d’ailleurs l’anniversaire des 40 ans du droit à l’interruption volontaire de grossesse (IVG). Certes, le Front national n’ose pas affirmer clairement qu’il souhaiterait interdire l’avortement, toutefois, Marine Le Pen propose explicitement de le dérembourser, ce qui n’est ni plus ni moins qu’une manière d’atteindre la liberté des femmes à y avoir recours.

La Seine-Saint-Denis : entre attention et prévention

Le Département de Seine-Saint-Denis est attentif à proposer des politiques publiques à la hauteur des enjeux liés à la sexualité des jeunes. Les difficultés en matière d’accès à la contraception persistent et recoupent d’autres inégalités (sociales, territoriales, financières). Gérés par le Conseil Départemental, les 121 centres de planification familiale de Seine-Saint-Denis favorisent l’accès à l’IVG et assurent les entretiens pré et post IVG prévus par la loi. La lutte contre les maladies sexuellement transmissibles impose la mise en place d’une éducation à la sexualité en direction des jeunes et des moins jeunes. Et ce n’est certainement pas en diminuant les moyens consacrés aux actions préventives que nous aboutirons au bien-être à plus d’égalité pour les citoyens. C’est pourquoi le Conseil départemental continuera à oeuvrer en faveur d’un fonctionnement optimal des centres de planification et d’éducation familiale, avec le soutien des villes (CMS), des hôpitaux, des universités et des associations partenaires.

Nous sommes tenus à la plus grande vigilance face aux reculs et à tous les mots ou actes qui portent atteinte à l’affirmation de l’égalité des droits.