Partagez cet article sur les réseaus sociaux

Après le Doubs, l’impérieuse nécessité du rassemblement de la gauche pour les prochaines échéances.

Publié le dimanche 8 février 2015

STL’élection législative partielle du Doubs, qui a vu la victoire du candidat du Parti Socialiste Frédéric Barbier, doit conduire toutes les forces de gauche au rassemblement.
Tout d’abord, le maintien de la poussée du Front national confirme désormais l’installation dans la durée d’une extrême-droite qui profite d’un contexte d’abstention massive où les électeurs de gauche boudent les urnes.
L’absence ensuite d’« effet Syriza » à gauche où les équilibres entre les forces de gauches restent relativement stables.Il n’y a pas d’alternative à gauche au rassemblement le plus large dès le premier tour pour éviter des duels droite/extrême-droite au second tour.
De ces enseignements, nous ne pouvons tirer qu’une conclusion pour les prochains scrutins et notamment pour les élections départementales en Seine-Saint-Denis, où le Front national était déjà arrivé en tête dans 24 communes aux élections européennes : l’absolue nécessité du rassemblement de toute la gauche dès le premier tour et d’un accord global dans les 21 cantons.
Afin de ne pas laisser le Front National s’imposer en tête dans un certains nombre de cantons au soir du 22 mars, j’invite donc une nouvelle fois, comme je l’ai fait à de multiples reprises ces derniers mois, le Front de Gauche et le Parti communiste à ne pas faire cavalier seul et à rejoindre la gauche rassemblée aux côtés du Parti socialiste, d’Europe Ecologie Les Verts, du Parti radical de gauche, du Mouvement de la gauche citoyenne.