Partagez cet article sur les réseaus sociaux

Trouvons des solutions durables pour garantir une éducation de qualité à tous les enfants, en Seine-Saint-Denis comme ailleurs

Publié le jeudi 6 novembre 2014

La situation de plusieurs dizaines d’enseignants stagiaires et de contractuels qui n’ont pas été payés depuis la rentrée de septembre, même si je la sais aujourd’hui quasi résolue, est venue mettre encore une fois un mauvais coup de projecteur sur l’Education en Seine-St-Denis.

Elle se rajoute à l’éternelle question du non remplacement des enseignants absents. A la mi-septembre, l’Académie de Créteil a fait appel à Pôle Emploi pour recruter 300 contractuels en raison du manque de candidats aux concours en Seine-Saint-Denis. A cette occasion, j’avais salué la promesse de la Ministre de l’Education de leur offrir une formation adéquate.

Alors que l’Académie de Créteil bénéficie enfin de nombreuses ouvertures de postes dans le cadre de la loi de Refondation de l’Ecole, il faut maintenant trouver des solutions durables pour faire face à ces difficultés qui viennent affaiblir l’Ecole publique en Seine-St-Denis.

Dans ce département, l’engagement des enseignants auprès des élèves est bien souvent formidable, les familles déposent chaque matin leurs enfants avec l’espoir de les voir s’épanouir et réussir. Nous ne pouvons pas baisser les bras sur la qualité de l’Ecole publique.

Les acteurs qui œuvrent pour la réussite de l’Ecole en Seine-Saint-Denis doivent se mobiliser pour recruter, former et stabiliser des enseignants sur notre territoire, qu’ils s’apprêtent à passer les concours ou soient déjà expérimentés.

Je suis disponible et déterminé pour réaliser avec l’Education nationale ce travail.

  • Communiquons davantage sur la richesse et la vitalité de ce territoire,
  • Etudions les mesures dérogatoires et innovantes pour mieux les recruter, pourquoi ne pas organiser un concours complémentaire pour les postes à pourvoir à Créteil dans les académies où les candidats sont bien plus nombreux ?
  • Trouvons les moyens de mieux les former, mieux les payer, mieux les accompagner dans l’accès au logement, aux transports…
  • Ayons le courage de réformer l’allocation des moyens par territoire pour qu’on prenne davantage en compte les réalités sociales comme le propose la Ministre de l’Education nationale.

Permettons enfin de cette manière que les jeunes de Seine-Saint-Denis aient accès au même service public d’éducation que partout ailleurs en France !