Partagez cet article sur les réseaus sociaux

La Seine-Saint-Denis a 50 ans : plus qu’une commémoration du passé, c’est la préparation de l’avenir qui doit nous mobiliser

Publié le jeudi 10 juillet 2014

Seine-St-Denis  Aujourd’hui la Seine-Saint-Denis souffle sa 50ème bougie. En un demi-siècle d’existence, notre département, véritable « territoire-monde », jeune et populaire, s’est forgé une identité forte.  Cette histoire collective, faite de luttes politiques et sociales pour surmonter les difficultés, mais aussi de réussites et de victoires, est une force pour aujourd’hui comme pour demain : la Seine-Saint-Denis est d’abord un département en mouvement. Chaque jour, elle bouge, elle crée, elle innove. Elle s’impose comme un territoire incontournable pour la métropole du Grand Paris.

Mais il faut être lucide. Le découpage politico-administratif mis en œuvre par le pouvoir gaulliste dans les années 1960 a aussi contribué à cristalliser des inégalités territoriales qui sont de plus en plus insupportables dans la région la plus riche d’Europe.

Plus qu’une commémoration du passé, c’est la préparation de l’avenir qui doit nous mobiliser.

Parce que j’aime la Seine-Saint-Denis, parce que je connais ses atouts, parce que je suis convaincu que c’est ici que s’écrit l’avenir de notre région et de notre pays, je veux que l’on soit capable de dépasser l’organisation existante et de ne pas sombrer dans des égoïsmes locaux.

Oui, nous devons continuer de développer notre territoire et lutter plus fortement et plus radicalement contre les inégalités structurelles. C’est pour ces raisons que je soutiens le projet d’un Grand Paris fort et solidaire, un Grand Paris des projets ambitieux et du quotidien. Les territoires départementaux sont un socle solide pour y parvenir.

J’en suis convaincu : la Seine-Saint-Denis et ses habitants sauront prendre toute leur place dans le Grand Paris que nous devons construire.