arton

Partagez cet article sur les réseaus sociaux

Un Etat partenaire des collectivités locales au service de l’aménagement et du logement en Ile-de-France

Publié le jeudi 30 janvier 2014

Avec plus de 11 600 logements à construire chaque année, l’objectif de construction, assigné à la Seine-Saint-Denis par la loi relative au Grand Paris, est particulièrement élevé. Pour l’atteindre, une action conjointe de l’Etat, des collectivités locales, des bailleurs sociaux et des promoteurs est indispensable.

C’est pourquoi je me félicite de la présentation du « Plan pour l’aménagement et la construction de logements dans le Grand Paris » qu’a faite Cécile Duflot en Conseil des ministres, hier, et qui signe le retour de l’Etat dans la politique du logement en Ile-de-France. Un Etat partenaire des collectivités locales, un Etat acteur à part entière de la construction, dans le dialogue et au service d’ambitions partagées.

La production de logements en Seine-Saint-Denis, au cours des dernières années, si elle reste pourtant la plus forte en Ile-de-France, n’a pas permis d’apporter de solution de logement à un nombre encore trop important d’habitants de notre département. La crise du logement s’est même accentuée.

La Seine-Saint-Denis ne peut et ne veut pas relâcher l’effort, mais elle ne veut pas non plus être seule à porter la construction de logements sociaux. Il faut mettre fin à leur inégale répartition, que ce soit entre les villes de Seine-Saint-Denis ou  à l’échelle de l’Ile de France.

Mais répondre au défi de la production de logements passe également par la question des terrains qui doivent être disponibles pour construire, voire des terrains inexploités à investir.  C’est dans cet esprit que le Conseil Général a adopté une stratégie foncière qui doit permettre de libérer des emprises lui appartenant, pour construire des logements sociaux.

L’aide aux élus bâtisseurs, notamment à la construction des équipements qui font une véritable ville, qui forgent des quartiers où il fait bon vivre, ainsi que la lutte contre l’habitat indigne, sont les moyens les plus immédiats à mettre en œuvre.

Investir massivement dans les quartiers qui accueilleront les futures gares du Grand Paris Express, à la fois en construisant, mais aussi en maitrisant les prix et en évitant la spéculation, c’est en ce sens également que  l’Etat et les promoteurs doivent s’engager.

Les problématiques d’habitat ne se présentent pas en Seine-Saint-Denis de la même manière que dans d’autres territoires. La perspective d’une Métropole du Grand Paris dotée d’une compétence structurante sur le logement, ainsi que la mise en place des outils proposés par Cécile Duflot représentent aujourd’hui un nouvel espoir pour répondre aux besoins des habitants de Seine-Saint-Denis.