Partagez cet article sur les réseaus sociaux

Enquête PISA : il est urgent de concentrer les moyens dans les quartiers populaires !

Publié le mardi 3 décembre 2013

Les résultats de l’enquête PISA publiés aujourd’hui, soulignent de manière claire les inégalités qui persistent et s’aggravent dans notre système scolaire. En France, plus qu’ailleurs et plus que par le passé, les origines sociales déterminent la réussite scolaire.

Après 10 ans de mise à mal du service public d’éducation par la droite au pouvoir, il pouvait difficilement en être autrement. La quasi-disparition des réseaux d’aide aux élèves en difficulté, la suppression de la formation initiale et continue des enseignants et la suppression de dizaine de milliers de postes d’enseignants ont privé les élèves d’un enseignement de qualité et d’une prise en charge efficace de leurs difficultés.

Rendre le service public de l’enseignement plus équitable, c’est possible !

La Pologne, la Turquie, l’Italie et l’Allemagne ont réussi ces dernières années à inverser la tendance en investissant massivement dans les écoles des quartiers populaires et la lutte contre l’échec scolaire.

En France, la nouvelle politique éducative du Ministre Vincent PEILLON va dans le bon sens et a indéniablement permis en Seine-Saint-Denis d’apaiser le climat scolaire grâce à des mesures comme la création de postes, la scolarisation des enfants de moins de 3 ans ou le rétablissement de la formation des enseignants. Mais, il faut aller plus loin et plus fort.

La spécificité de la Seine-Saint-Denis et de ses quartiers populaires doit encore être davantage prise en compte dans l’attribution des moyens pour permettre la réussite de nos élèves.

Le Conseil général livrera à la rentrée 2014, 5 collèges neufs : il faut impérativement que l’Education nationale prenne la mesure de cet enjeu et soit capable de mobiliser les moyens nécessaires.

J’encourage donc le Gouvernement à amplifier ses efforts et à concentrer les moyens dans les quartiers populaires pour que la France ne soit pas de nouveau pointée du doigt dans trois ans lors de la prochaine enquête de l’OCDE.