Partagez cet article sur les réseaus sociaux

Lancement officiel d’une nouvelle plate-forme qui connecte collégiens et employeurs.

Publié le mercredi 6 novembre 2013

IMG_002J’ai lancé ce matin  la nouvelle plate-forme de stages du Conseil général, à l’attention des élèves de 3ème.

Cet outil offert aux collégiens est une pierre supplémentaire apportée notre priorité en matière d’éducation. En effet, le Conseil général se mobilise depuis longtemps bien au-delà de ses compétences obligatoires. Notre Plan Exceptionnel d’Investissement de plus de 723 millions d’euros pour changer le visage des collèges et le Projet Educatif Départemental de près de 8 millions d’euros consacrés chaque année au financement des voyages scolaires, des parcours artistiques et culturels, des artistes en résidences ou de la lutte contre le décrochage scolaire en sont les illustrations.

Cette plate-forme de stages s’inscrit dans cette dynamique et cette ambition d’égalité entre les élèves de Seine-Saint-Denis. Le stage d’observation constitue un temps important dans la construction du parcours d’un élève et son orientation future. Il est parfois la première ligne du CV pour postuler à un premier emploi ou un boulot d’étudiant. C’est pourquoi le Département a fait le choix de porter une attention particulière à ces jeunes qui n’ont pas d’entourage pour les aider ni de réseau professionnel, afin que les mêmes chances puissent être données à toutes et tous de trouver une offre répondant à leur curiosité et leurs aspirations.

IMG_003Cette plate-forme des stages participe également de notre mobilisation générale en faveur de l’emploi, lancée au printemps dernier. La Seine-Saint-Denis, territoire dynamique économiquement, où s’installent et émergent de nouvelles entreprises, a beaucoup à offrir à nos jeunes qui sont les travailleurs de demain. Le Conseil général s’est d’ores et déjà engagé à proposer plus de 120 offres recouvrant l’ensemble des métiers de la collectivité.  
Mais cette initiative ne réussira que si le monde économique s’engage. La Poste, BNP Paribas, Orange, SNCF, Air France, ou les PME Guerbet et La pâtisserie artisanale La Romainville, ont immédiatement répondu présents à mon appel en proposant, en tout, près de 165 stages. Je les remercie chaleureusement pour leur engagement.

Aux côtés de ces entreprises, c’est de tous ceux qui font le travail en Seine-Saint-Denis dans sa richesse et sa diversité dont nous avons besoin aujourd’hui : des acteurs associatifs aux start-up de la filière image, en passant par les grandes structures culturelles, les clubs sportifs, les établissements médico-sociaux, ou la filière aéroportuaire… A chacune de ces étapes, l’engagement de l’ensemble des acteurs du territoire sera déterminant pour permettre aux collégiens et aux jeunes du département de s’épanouir et de se former. C’est par cette mobilisation de toutes et tous que nous parviendrons, j’en suis convaincu, à faire tomber les murs qui séparent les jeunes du département et les employeurs, de Seine-Saint-Denis et d’ailleurs.

Je vous invite à consulter, sur Libération.fr, un article de Véronique SOULÉ qui revient sur le lancement de cette initiative : « La fin des stages supérettes pour les collégiens de Seine-Saint-Denis ? »