Partagez cet article sur les réseaus sociaux

Trois services départementaux réunis dans la nouvelle Maison des solidarités Jacqueline-de-Chambrun, à Noisy-le-Sec.

Publié le jeudi 3 octobre 2013

photo inauguration de la maison des solidaritésJ’inaugurais cet après-midi, en présence de Claude Bartolone, Président de l’Assemblée nationale, la Maison des Solidarités à Noisy-le-Sec, établissement dédié exclusivement à l’accueil des usagers des trois services du Pôle Solidarité du Département : l’Aide Sociale à l’Enfance, le Service Social et la Protection Maternelle et Infantile.

Ce vaste espace de 1700 m² pour lequel le Conseil général a investi à hauteur de 4,5 millions d’euros, offrira désormais au public un guichet unique mais permettra également de favoriser les échanges entre les services et la mise sur pied de projets transversaux au service des usagers.Au total, ce sont  60 agents, jour après jour, qui se mettront ensemble au service de la solidarité et des habitants.

Les agents de l’Aide sociale à l’enfance, assureront le suivi de plus de 200 enfants bénéficiant d’une mesure de protection ou  concernés par une « information préoccupante » ;

Les agents du service social assureront l’accueil, l’accompagnement individuel et la prévention (insertion, accès aux droits, culture, santé, enfance, famille) des Noiséens ;

Quant aux agents de la circonscription et du centre de Protection Maternelle et Infantile, ils seront en charge du suivi des 272 assistantes maternelles et familiales que compte la commune et assureront les consultations médicales, les bilans de santé dans les écoles maternelles et les visites à domicile des sages-femmes et des puéricultrices.

Un nom : Jacqueline-de-Chambrun

L’inauguration de cette nouvelle maison des solidarités m’est apparue comme une formidable occasion de rendre un premier hommage à celle qui fut, pendant plus de vingt ans, la responsable du service de la Protection Maternelle et Infantile de Seine-Saint-Denis et qui mena un combat en faveur d’une action sociale qui réponde aux besoins des familles.

J’ai évidemment une pensée chaleureuse pour la famille et  tous les  proches de Jacqueline de Chambrun et je les remercie d’avoir accepté cette proposition. Par cet hommage, j’ai souhaité revendiquer un héritage qui nous oblige, mais aussi une inspiration qui puissent nous porter  au quotidien dans nos missions au service de la petite enfance.