Partagez cet article sur les réseaus sociaux

Une avancée majeure pour une politique plus juste du logement

Publié le mercredi 18 septembre 2013

OPH Genève LeclercLes députés ont adopté en première lecture, mardi 17 septembre 2013, le projet de loi ALUR (accès au logement et un urbanisme rénové), lors d’un vote solennel, après une semaine de débats orchestrés par la Ministre de l’Egalité des Territoires, Cécile Duflot et mon ami Daniel Goldberg, député de Seine-Saint-Denis et rapporteur du texte à l’Assemblée.

Je me félicite que ces dispositions en faveur de l’accès pour toutes et tous à une offre de logement abordable et équitable aient été adoptées ; elles répondent à une urgence nationale et sont l’objet d’attentes évidemment fortes pour un territoire tel que la Seine-Saint-Denis.

Je salue particulièrement deux dispositifs qui apportent le plus de sens et de justice à ce nouveau cap engagé en faveur du logement :

La Garantie Universelle des loyers, d’abord, en ce qu’elle permettra tout à la fois d’assurer l’ensemble des bailleurs contre les impayés, notamment les petits propriétaires et d’éviter que des locataires se retrouvent dans la spirale des difficultés de paiement, via l’accompagnement social renforcé ; elle introduira en outre une égalité des chances inédite face au logement, via un bail désormais sans condition d’une caution familiale.

Enfin, la lutte contre l’habitat indigne a aussi été renforcée, notamment par l’interdiction, pour les marchands de sommeil d’acheter des biens immobiliers et la contrainte pour les propriétaires mis en demeure d’effectuer des travaux, de les réaliser. En Seine-Saint-Denis, ce sont aujourd’hui 100 000 personnes qui occupent des logements potentiellement indignes.

Nul besoin de souligner à quel point ces mesures sont là encore utiles, nécessaires et particulièrement urgentes à mettre en œuvre. Par cette loi, le gouvernement pose une nouvelle pierre pour une politique plus juste du logement.