Partagez cet article sur les réseaus sociaux

50ème édition du Salon international de l’Aéronautique et de l’Espace

Publié le mardi 18 juin 2013

IMG_2864Le Salon international, au Bourget est un événement dont l’histoire a épousé celle de l’aéronautique, depuis ses débuts, de la présentation des premiers aéronefs à celle de l’A380. C’est un événement ancien, mais mobilisateur et populaire qui dit la passion des gens pour l’aviation, la fascination pour l’aérien, pour cette conquête permanente du ciel. C’est aussi le rendez-vous de l’innovation, un vaste chaudron où se rencontrent et se croisent les talents, les technologies, les compétences et tous ceux qui imaginent, inventent, construisent, produisent et transportent. Un endroit où se dessinent, en somme, les contours de l’aéronautique du futur.

Le Conseil général de la Seine-Saint-Denis est une collectivité dont le cœur de métier est la solidarité, l’aide aux plus fragiles, à ceux qui peinent. Mais une collectivité comme la notre ne peut pas se désintéresser de son territoire et de sa vie économique. Une collectivité vivante est une institution qui, au-delà des compétences que la loi lui confie, accompagne tous ceux qui contribuent au dynamisme et à l’attractivité de notre Département.

Voilà pourquoi nous sommes présents sur le Salon, pour parler de l’économie de notre Département et pour exprimer un message simple : la Seine-Saint-Denis est un territoire qui dispose d’un capital immense. Un territoire qui peut compter sur la somme des talents, l’addition des énergies que sont, notamment, les ouvriers, les ingénieurs, les techniciens, les entrepreneurs et les artisans, les apprentis et les chercheurs de la filière aéronautique.

photo-3Ce qui rythme la Seine-Saint-Denis, ce n’est pas seulement ce que l’on peut y voir au travers de la lentille déformante des journaux télévisés qui ne ressassent qu’une partie de la réalité, c’est également ses deux aéroports, l’aviation d’affaire, les activités de maintenance, d’équipement et d’aménagement des aéronefs. C’est le transport de passagers et l’activité de fret, la production industrielle à grande échelle, ses grands groupes et ses PME innovantes, un réseau de sous traitants fiables, ses centres de formation de premier ordre. Il n’y a jamais de hasard et ce n’est pas pour rien si le premier Salon aéronautique du monde se déroule, depuis exactement 50 ans, ici, au Bourget, en Seine-Saint-Denis. Si nous ne le faisons pas, qui rappellera que ce Département est l’une des portes d’entrée de l’Europe vers le reste du monde? Qui dira que ce territoire constitue l’un des poumons économiques de la région, du pays, et l’un des pôles encore solides de création d’emploi?

J’ai la conviction que la Seine Saint Denis a conservé quelque chose de cette mentalité de pionnier qui animait les premiers instants de l’aéronautique, une certaine idée de l’invention, de la construction, de l’excellence, en somme un authentique esprit de conquête. C’est pourquoi nous sommes présents au Salon. J’ai eu l’occasion d’inaugurer ce matin, le stand de la Seine-Saint-Denis qui nous permet de disposer d’un lieu d’écoute et d’échange pour toutes les entreprises désireuses de développer leurs activités sur notre territoire. Nous pouvons les accompagner, les conseiller, les orienter. Nous sommes également au service des PME qui n’ont pas encore la taille nécessaire pour assurer leur propre stand sur le Salon, en leur prêtant notre espace.

Nous disposons d’un authentique arc de l’aérien qui va du Bourget à Roissy en passant par Aulnay et qui pourrait trouver dans l’aérien, ou en lien avec lui, une possibilité de ré-industrialisation du site PSA. Aujourd’hui, les deux aéroports polarisent autour de leurs activités près de 800 entreprises, 95 000 emplois directs et 250 000 emplois indirects ou induits. Ils irriguent massivement tout le territoire de la Seine Saint Denis et ils sont nos meilleurs atouts pour remporter la bataille contre le chômage.

La filière aéronautique de notre territoire, j’en suis convaincu, représente la Seine-Saint-Denis telle qu’elle est vraiment, telle qu’on devrait la voir : innovante, entreprenante, imaginative, compétitive. Avec une ambition intacte, malgré la crise, une ambition qui, je crois, doit demeurer aussi vaste que le ciel.