Partagez cet article sur les réseaus sociaux

Concertation autour de la ligne Orange achevée : la population attend l’arrivée rapide du Nouveau Grand Paris

Publié le jeudi 28 mars 2013

photo_fonteayLe Nouveau Grand Paris n’est pas un projet comme les autres. Il constituera un tournant, à l’évidence, dans l’histoire de la Seine-Saint-Denis, il changera le visage de notre région. Il est à la fois un projet de développement économique et urbain, un projet qui invite à repenser la métropole et à considérer la ville telle qu’elle est : plurielle, immense, dépassant les frontières administratives.

Et surtout un projet solidaire car il n’est plus possible que dans la région la plus riche d’un pays développé comme la France persistent des inégalités sociales et économiques aussi profondes. Le temps est venu du rattrapage et chacun doit pouvoir disposer d’infrastructures de transports solides pour accéder facilement aux différents bassins d’emplois, aux loisirs, à la culture, à l’ensemble des équipements que l’on est en droit d’attendre lorsque l’on vit au cœur d’une métropole européenne.

Le STIF, l’autorité organisatrice du transport en Ile-de-France, a souhaité engager sur le parcours de la ligne Orange, qui relie Saint-Denis et Champigny, une vaste démarche de concertation pour entendre la voix des habitants, ceux qui vivent sur les 17 communes, de Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne, traversées par cette ligne. 10 réunions publiques, 4 rencontres avec les voyageurs ont permis de recueillir les avis, de croiser les regards et le cas échéant de pouvoir enrichir ce projet (calendrier, tracé, emplacement des gares, financement,…).

A la réunion de clôture de cette démarche, hier soir, à Fontenay sous Bois, j’ai entendu l’intérêt et les attentes de la population. J’y ai dit ma conviction : que les branches qui concernent la Seine-Saint-Denis (la 15, la 16, la 17, le prolongement des lignes 11 et 14) seront, sans doute, les plus importantes car ce sont celles qui auront le plus d’impact sur l’emploi, sur le droit au logement, sur la qualité de la vie quotidienne.

J’ai également exprimé le souhait, avec Christian Favier, président du Conseil général du Val-de-Marne que la mobilisation des élus locaux, par-delà les convictions politiques, ne faiblisse pas. Ensemble, nous avons réussi à faire valider l’intégralité du schéma; ensemble nous devons demeurer engagés jusqu’à sa réalisation dans les meilleurs délais. Au nom de l’intérêt général et d’une certaine idée de l’égalité territoriale que nous avons en partage.