Partagez cet article sur les réseaus sociaux

17 octobre 1961 : la France reconnaît enfin sa responsabilité

Publié le lundi 10 décembre 2012

Jeudi dernier, j’ai solennellement assisté comme tous les ans à la cérémonie organisée en mémoire des victimes de la manifestation organisée par le Front de Libération National (FLN) le 17 octobre 1961 pour dénoncer le couvre-feu anti-républicain imposé aux musulmans.

Les historiens estiment le bilan de ce massacre à environ 200 morts et des centaines de blessés. Pourtant cet événement a très longtemps constitué un angle mort de la mémoire française.

En mobilisant l’opinion publique, en s’adressant à l’ancien Président de la République pour qu’il rétablisse les faits, mon ami Daniel Goldberg avait contribué à la reconnaissance de cette page sombre de l’Histoire française.

Après 51 ans de silence, François Hollande honore la France en reconnaissant enfin « la sanglante répression » et en rendant « hommage à la mémoire des victimes ».

Cette déclaration était nécessaire pour apaiser les relations entre les deux Etats et consolider leurs liens. Elle sera par ailleurs suivie d’une visite officielle de deux jours du chef de l’Etat qui se rendra à Alger au début du mois de décembre 2012.

Je salue donc la position de François Hollande qui a le mérite d’être le premier chef d’Etat à reconnaître la responsabilité de la France.