IMG_1710

Partagez cet article sur les réseaus sociaux

Plaine Commune : soutien à la candidature de Mathieu Hanotin

Publié le jeudi 16 juillet 2020

Retrouvez mon intervention en introduction du Conseil de Territoire de Plaine Commune pour présenter la candidature de Mathieu Hanotin à la Présidence du Territoire.

Mesdames et Messieurs,
Cher.e.s collègues,

Contrairement à la plupart des EPT du grand Paris, Plaine Commune n’est pas né d’une loi un peu bancale et ambiguë, la loi MAPTAM. C’est d’abord un projet, né il y a 35 ans : celui du refus du  fatalisme, qui liait à la désindustrialisation de notre pays un lent et inexorable déclin de la Plaine Saint-Denis.

Les élus qui nous ont précédé- les maires de Saint-Denis Aubervilliers et Saint-Ouen avec le Conseil général déjà –  ont décidé de se battre et d’engager un vaste projet de requalification du territoire (autour du syndicat intercommunal Plaine Renaissance). Beaucoup a été réalisé depuis : il suffit de regarder Pleyel et le Stade de France pour s’en convaincre.

Le renouveau de Plaine commune a véritablement pris corps, et je tiens à rendre hommage à Patrick Braouezec pour le cœur et la conviction qu’il a mis à cette transformation. Mais aujourd’hui, Plaine Commune, comme la Seine-Saint-Denis, sont à un nouveau tournant : de grands défis sont devant nous et le nouvel exécutif aura la responsabilité de les relever. C’est donc une élection majeure qui se déroule ce soir, non pas pour nous ni même pour celui qui sera élu dans quelques instants, mais pour les habitantes et les habitantes qui verront leur quotidien déterminé par nos décisions.

Chers Collègues, la candidature que j’ai l’honneur de présenter aujourd’hui au nom de notre groupe de conseillers territoriaux qui se reconnaissent dans les idéaux de la Gauche social écologique est celle du Maire de Saint-Denis, Mathieu Hanotin.

Cette candidature, ce n’est pas la fin de l’histoire, c’est un nouveau chapitre qui s’inscrit dans le travail commun mené depuis 35 ans, notamment les grandes orientations du Projet de Territoire.

Mathieu et moi, nous nous connaissons bien, nous travaillons ensemble depuis longtemps, notamment sur les grands projets qui vont compter dans les 10 années qui viennent. Je connais son goût de l’action, son infatigable énergie, la force de son engagement pour la mixité et l’égalité territoriale. Je sais, il sait qu’il devra être un chef d’orchestre des équilibres territoriaux sur notre territoire.

Le projet que nous vous proposons, c’est le projet d’un territoire tourné vers l’avenir, solidaire, résilient, durable et proche de ses habitants. Un territoire qui se donne les moyens d’agir y compris financièrement et au sein duquel les villes sont au cœur de la prise de décision.

Notre EPT, s’il veut jouer son rôle, ne peut pas s’exonérer de la démocratie qui nous a désigné pour siéger ici. Et la démocratie, c’est aussi la clarté, ce n’est pas toujours le consensus à tout prix, voire à n’importe quel prix. L’expression de majorité et d’orientations politiques, c’est quelque chose de sain et c’est ce que nous souhaitons affirmer ici ce soir.

Les maires de gauche de Plaine Commune ont souhaité proposer une feuille de route pour Plaine Commune, à laquelle je souscris pleinement, et qui repose sur 5 grands piliers:

– D’abord refonder une gouvernance partagée Villes/EPT avec l’affirmation du rôle des communes dans la Gouvernance de l’EPT.

– Ensuite construire un pacte fiscal avec les communes notamment en menant ensemble le nécessaire débat sur le statut de l’EPT qui constitue aujourd’hui un frein au développement du territoire. La Métropole du Grand Paris ne peut assoir son développement sur l’appauvrissement des territoires et des collectivités en charge des services de proximité pour les habitants.

– Repenser la solidarité territoriale au travers d’un nouveau modèle de développement économique, social et culturel plus inclusif pour les habitants. Notre principal défi, c’est la réconciliation durable entre le développement de notre territoire et l’amélioration des conditions de vie des habitants : emploi et formation qui profitent aux habitants, qualité de l’espace public, environnement plus sain.

– Reconquérir la proximité, ce qui passe par la création d’une réelle autorité fonctionnelle des communes sur les unités territoriales de Plaine Commune.

– Dernier pilier enfin, et sans doute le plus important renouveler l’ambition territoriale : afin de conjuguer l’avenir de notre territoire, nous voulons mettre nos villes à leur juste place en Seine saint Denis dans le Grand Paris. Il y a finalement deux orientations : la poursuite de l’hyper concentration parisienne, coûteuse en opportunité, porteuse d’inégalités sociales et territoriales, ou le développement d’un Grand Paris, plus équilibré, plus solidaire, plus agréable à vivre en s’appuyant sur de nouvelles centralités au rayonnement propre et susceptibles d’offrir les équipements et les services nécessaires à ses habitants. Nous combattrons toute logique de spécialisation des territoires qui ferait du grand Paris une sorte de mosaïque de ghettos, ghettos de riches d’un côté, ghettos de pauvres de l’autre.

Cette feuille de route va pouvoir s’élargir et devenir- je le crois – celle de l’ensemble du conseil territorial. L’existence d’une majorité politique n’exclut pas la recherche du compromis, du consensus même.

Car la démocratie, ce n’est pas non plus la tyrannie de la majorité. C’est la garantie de contre-pouvoirs, la co-élaboration des actions avec les élus et les citoyens. C’est la place accordée au débat et à l’expression des points de vue.

Evidemment, cette ambition territoriale se construira au travers d’un partenariat plus approfondi et d’une unité d’action avec le Département de Seine-Saint-Denis.

Il n’y a rien à gagner à la concurrence institutionnelle et tout à gagner au contraire à unir nos forces. Vous pouvez compter sur moi pour que, fort de cette nouvelle alliance, notre territoire, nos villes soient plus forts dans le dialogue avec l’Etat, la Région Ile-de-France ou la Ville de Paris.

Je crois à l’alliance des forces institutionnelles. Ce qui est d’ailleurs valable ici à Plaine Commune l’est pour les 3 autres EPT de Seine Saint Denis Je leur proposerai de mener ensemble cette même bataille pour enclencher les transformations en faveur des habitants et obtenir l’égalité pour toute la Seine-Saint-Denis. 

Voilà l’orientation que nous proposons avec la candidature de Mathieu Hanotin.

Apres  l’élection du Président, celui-ci aura la charge de présenter un exécutif qui à nos yeux doit permettre le rassemblement de ce conseil.

Mathieu Hanotin présentera donc une méthode transparente de constitution de l’exécutif territorial où la place de tous les Maires et de toutes les communes sera garantie. Mais je n’anticipe pas sur ce débat et vous propose de soumettre la candidature de Mathieu Hanotin à la Présidence de l’établissement Public Territorial Plaine Commune.