Logo Paris 2024

Partagez cet article sur les réseaus sociaux

Objectif 2024 ! La Seine-Saint-Denis à pied d’œuvre pour préparer les Jeux et leur héritage

Publié le jeudi 24 octobre 2019

Comment permettre à la Seine-Saint-Denis et à ses habitant.e.s de profiter au maximum des Jeux olympiques et paralympiques de 2024 ? Comment faire en sorte que les Séquano-Dionysien.ne.s participent non seulement à la préparation de ces Jeux, profitent de la grande fête populaire à l’été 2024, et enfin, et surtout, qu’il leur soit laissé un héritage pour continuer d’assurer le développement de la Seine-Saint-Denis et d’améliorer le quotidien de chacune et chacun ?

C’est à ces questions essentielles que l’on s’efforce de construire des réponses, patiemment, depuis l’annonce de la désignation de Paris et de la Seine-Saint-Denis comme territoires hôtes des Jeux de 2024. C’est particulièrement le cas au Département de la Seine-Saint-Denis, où bien avant l’annonce de la désignation, nous préparions le terrain, et où depuis, nous ne cessons d’avancer pour construire des Jeux équitables, solidaires, faisant la part belle à l’héritage pour notre territoire et ses habitant.e.s.

Lundi, nous avons toutes et tous découvert le nouvel emblème des Jeux de 2024 : une médaille en l’honneur de tou.te.s les sportif.ve.s, une flamme pour allier l’olympisme et le paralympisme, et enfin le visage de Marianne pour symboliser les valeurs de la République, la liberté, l’égalité et la fraternité.

Par delà ce bel événement très médiatisé, le travail des un.e.s et des autres se poursuit, parfois loin du feu des projecteurs. Ainsi donc, avec Mathieu Hanotin, conseiller départemental délégué aux sports, nous nous sommes rendus cette semaine à Athènes pour tirer un maximum d’enseignements des Jeux de 2004. Bons comme mauvais, nous avons tiré les enseignements de ces Jeux, comme nous l’avions fait à Londres et à Barcelone précédemment.

Jour après jour, leçon après leçon, chantier après chantier, la Seine-Saint-Denis continue donc son chemin vers les Jeux de 2024, avec la volonté d’inclure tou.te.s les acteur.rice.s au sein d’un projet unique de par son ambition. L’Olympiade culturelle à laquelle nous sommes en train de donner vie en est la plus éclatante illustration.

L’Olympiade culturelle, quézaco ? Le très beau texte du collectif « La beauté du geste », constitué pour l’occasion, en donne quelques clés de lecture. En Seine-Saint-Denis, nous avons la chance d’avoir un réseau culturel, sportif et associatif très dense. Avec l’Olympiade culturelle, nous voulons que tous ces talents se rencontrent, et que de leur rencontre résultent des actions et des politiques culturelles et sportives qui dureront bien au-delà des Jeux, au bénéfice premier des habitant.e.s et de la Seine-Saint-Denis.

220 actrices et acteurs se réunissaient ainsi, la semaine dernière, à Aubervilliers, pour commencer à travailler et à échanger les idées : décloisonner les sites des rencontres sportives avec une signalétique particulière et un parcours artistique, associer pleinement les jeunes à la construction de l’événement, s’appuyer sur les habitant.e.s et la richesse de leurs particularités culturelles, intégrer le public et les artistes porteur.se.s de handicap…

Matériel comme immatériel, l’héritage que doivent laisser les Jeux olympiques et paralympiques de 2024 est pour nous une priorité ; c’est même LA priorité. C’est en posant des jalons comme nous le faisons notamment avec l’Olympiade culturelle que nous nous donnons ainsi les moyens de passer du projet à la réalité.