IMG_3688

Partagez cet article sur les réseaus sociaux

Journée sans département : une mobilisation au rendez-vous pour la défense de nos services publics

Publié le mercredi 7 février 2018

Malgré la neige et le froid, la mobilisation était au rendez-vous ce matin sur l’esplanade de Bobigny pour la défense de nos services publics départementaux.

« Fermer un jour pour ne pas fermer toujours  », tel pouvait être le mot d’ordre de cette « Journée sans département » au cours de laquelle nous avons voulu montrer de manière concrète à quel point nos services publics départementaux sont utiles à nos habitants.

Notre souhait est de remettre les citoyens au cœur du débat sur la réforme territoriale, car ils seront les premiers concernés si l’existence des services publics est menacée. Le gouvernement et les technocrates ne peuvent confisquer ce débat, qui doit se faire de manière transparente et démocratique.

Nous ne sommes pas contre le Grand Paris, nous sommes pour le Grand Paris des projets et celui qui réduit les inégalités, pas pour une usine à gaz. Avec les grands projets à venir comme les Jeux olympiques et paralympiques de 2024 ou le Grand Paris Express, il est urgent de mettre un coup d’accélérateur et non de désorganiser avec une réforme à la va-vite. C’est indispensable si nous voulons mener ces projets à bien dans l’intérêt de nos concitoyens, car c’est à eux qu’ils doivent bénéficier en premier lieu et dont ils doivent changer concrètement la vie.

Nous voulons continuer à mener des politiques ambitieuses en matière d’éducation, de culture, de petite enfance, parmi bien d’autres compétences, qu’elles soient obligatoires ou bien dont nous ayons fait le choix de nous saisir volontairement.

Surtout, en Île-de-France, région à la fois la plus riche du territoire mais également la plus inégalitaire, nous devons nous fixer des objectifs politiques ambitieux pour rattraper notre retard. J’ai la conviction profonde que le morcellement de la banlieue en onze « sous-départements » accroîtra les inégalités alors même qu’il est urgent de les réduire.

Il est temps de construire une métropole démocratique, efficace et solidaire. A ceux qui n’ont à la bouche comme unique talisman que la « modernité », je réponds que la modernité, c’est le service public, c’est l’égalité, c’est la Seine-Saint-Denis.